La Manne Europe

Pour un MONDE plus fraternel, plus solidaire et plus uni

Collectif pour la défense et l’application effective de la convention des droits de l’homme

La Tragédie de Mbanza-Kongo
Article mis en ligne le 18 décembre 2013
dernière modification le 7 janvier 2014
logo imprimer

L’association la Manne CDAE-DUDH, qui est un collectif pour la défense et l’application effective de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, cherche par tous les moyens à sensibiliser la population à l’impérieuse nécessité de poursuivre et concrétiser les valeurs fondamentales de la déclaration universelle des droits de l’homme, principalement la Fraternité, la Liberté et l’égalité.

ManaGospel et ManaThéâtre contribuent, par leurs représentations et animations, à cet objectif.

Le drame et comédie Gospel La Tragédie de Mbanza Kongo, actuellement en représentation, vise à contribuer et préserver les valeurs de la DUDH, en particulier celles contenues dans le préambule et l’article 1, à savoir : la Fraternité, la Liberté et l’Egalité. Cette trilogie est scindée en trois parties retraçant :

  • La lutte pour la Fraternité du Roi Nzinga Nkuwu (Jean 1er) dans la première partie intitulée « Le Baptême Royal à Mbanza [1] Kongo ». En effet, pour installer les valeurs chrétiennes de la Fraternité universelle entre tous les hommes, principalement entre les blancs et les noirs, le Roi Nzinga Nkuwu va lutter contre l’opposition farouche de ses conseillers et d’une bonne partie de son peuple pour se faire baptiser et imposer le christianisme comme la religion d’Etat dans son royaume (en 1491).
  • La bataille pour la Liberté de Kimpa Vita (considérée comme la Jeanne d’Arc congolaise) est mise en scène dans la deuxième partie de cette trilogie et est intitulée « La Bataille de Kimpa Vita ». Cette bataille, qui se déroule en pleine période de l’esclavage qui a suivi le baptême de Nzinga Nkuwu, met en relief la lutte pour la Liberté menée par une jeune demoiselle de 18 ans, après avoir entendu la voix d’un ange, Saint Antoine. Soutenue par un homme blanc, sorti de nulle part, Kimpa Vita aura pour mission de convaincre le Roi de rétablir la royauté à Mbanza Kongo, de se défaire des liens étrangers et de réunir les six provinces du royaume (divisés par les colons) pour mieux résister contre les négriers. Kimpa Vita sera brûlée vivante à 22 ans, avec son enfant d’un an, et ensemble avec son compagnon blanc surnommé Saint Jean.
  • La lutte pour l’Egalité sera conduite par André Grénard Matsoua, militant des Droits de l’homme pendant la colonisation, considérée par lui comme une autre forme de l’esclavage chez soi. Matsoua mènera la lutte pour qu’il y ait l’Egalité entre les blancs et les noirs. Il ne cherchera pas à chasser les colons, mais plutôt à ce que la communauté blanche et la communauté noire puissent vivre en harmonie, en partenariat égalitaire, afin que « là où est le blanc, le noir y soit aussi et que les deux travaillent la main dans la main ». Combattu et emprisonné par la puissance coloniale, il mourra en prison de Mayama ( ?), quoique son corps ne soit jamais retrouvé, crédibilisant la thèse de ses adeptes qu’il n’est pas mort. Sa lutte, pacifique et non violente, sera semblable à celle de Gandhi et constituera la base de la lutte pour l’indépendance du Congo. Cette lutte sera intitulée « La Lutte pour l’Egalité de Matsoua »

    Cette lutte d’André Grenard Matsoua clôturera cette trilogie de la Tragédie de Mbanza Kongo, tragédie qui a été conçue et mise en scène afin que l’histoire ne soit pas une perpétuelle répétition des erreurs et drames du passé.

La tragédie de Mbanza Kongo, écrit par Jacob Madieta et mis en scène par Guy Menga, est également sous forme de livre qu’on peut commander auprès de l’auteur par le biais de l’association. L’histoire vraie du passé a été à peine actualisée pour que le drame du passé, qui hélas se perpétue, puisse servir à la génération d’aujourd’hui de faire face aux défis auxquels elle est confrontée. Car, en définitif, l’histoire et les batailles d’aujourd’hui sur tous les plans (politiques, économiques, juridiques, médiatiques…) obéissent aux mêmes logiques que les conquêtes des nouveaux mondes du 15e siècle : étendre l’hégémonie nationaliste des « grandes puissances » à tout prix… même si ce prix est la mort, la déportation, l’asservissement, l’esclavage des êtres humains. En cela, la trilogie de la Tragédie de Mbanza Kongo doit être lue, écoutée ou regardée, non seulement comme une histoire du passé, du temps de l’esclavage et de la colonisation, mais comme l’histoire actuelle de l’humanité qui se dessine et se déroule sous nos yeux : drame politique, humanitaire, écologique… à cause des enjeux financiers, sans qu’aucune solution ne puisse être acceptée par tous pour les éviter, malgré la connaissance certaine et claire que l’humanité a de ces drames tragiques.
La tragédie de Mbanza Kongo plonge également le lecteur, l’auditeur ou le spectateur au cœur de la cosmogonie Kongo et sur les hautes connaissances de la spiritualité animiste…

La Tragédie de Mbanza Kongo existe en trois versions : livres (trois tomes), CD et DVD.

Voici ce spectacle en images :

En 2012.

  • Bordeaux (Salle La Maison Cantonale)
  • La Rochelle (Salle le Tasdon)

Une Tragédie pour la Liberté, l’Egalité et la Fraternité.

En 1483, Diogo Cao et son équipage débarquent à Mbanza-Kongo

Où ils rencontrent Nzinga Nkuwu, le Grand Roi du Kongo

Les prêtres arrivent quelques années après et expliquent au Roi leur religion…

Le Roi accepte de se faire baptiser et une grande fête est organisée au royaume...

Le peuple danse en l’honneur du Roi qui s’est fait baptisé…

Avant que ne commence la véritable tragédie de Mbanza-Kongo…

Malgré les prières des prêtres lemba et catholique pour empêcher la réalisation de cette tragédie…

La Tragédie de Mbanza-Kongo est une comédie et Drame Gospel en trois parties… Ici se termine la première partie.

La deuxième partie se passe en plein esclavage avec Kimpa Vita, (la Jeanne d’Arc du royaume Kongo qui fut brûlée vivante pour avoir combattu l’esclavage). La troisième partie se déroule en pleine colonisation avec De Brazza, l’explorateur français d’origine italienne, et Matsoua (militant des droits de l’homme).

Cette Tragédie est basée sur des faits réels, selon l’histoire écrite par les occidentaux et selon la tradition Kongo transmise oralement…

Notes :

[1Mbanza : Cité, royaume en langue kongo



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs



2013-2017 © La Manne Europe - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.85.7